Situé en 2060, où toutes les familles que l'on connaissait ont été détruites par un terrible fléau. Une nouvelle ère se lève encore une fois.
 

Lun 22 Mai 2017 - 11:45



♦L.M.♦


Nom : Magornovistch

Prénom : Levis

Age : 27 ans

Flamme : Tempête

Famille :Taishaka

Grade : Gardien

Rang personnelle :
Code:
Jackal~


Info. perso. :

Bonjour, bien souvent on m'appelle Ita sur les fofos, j'ai 21 ans et toutes mes dents ~
J'ai connu ce forum je ne sais plus comment ~  Et je suis re/re/re/renouvelle. Dites-moi bienvenue je ne mords pas ou pas trop fort~

Mon avatar est Gunji  de [Togainu no Chi Full




♦Physique♦

Taille : 1m96
Poids : 89k
Distinctions : "Des tatouages mexicaines sur le torse, le cou, les épaules et le haut du dos. Sans parler des piercings qu'il a aux oreilles et même dans le pantalon, quoi? Rien que ça!"

Ouai ouai, je suis beau, je le sais, mais en plus je dois dire en quoi je le suis ?

Bon, j'ai des cheveux mis longs blonds et pas juste blonds, mais blond doré. Entre la couleur du soleil et celle du blé, mais c'est pas de la paille, ils sont doux et soyeux comme ceux d'une meuf. Ça les rends dingues de voir que j’entretins un peu mes cheveux. Sauf que je les coupes juste pour pas qu'il viennent trop dans mes yeux, ils sont d'un bleu à coupé le souffle. Un bleu ciel du matin, un bleu océan tropicale, bref un
bleu claire et intense qui ferait presque peur.  Quand je fronce les sourcils ils prennent un aspect aussi glaciale que mon cœur et de prédateur quand je montre un sourire. Parce que je souris tout le temps et quand je ne le fais pas, c'est là qu'il faut trembler, enfin même quand je souris c'est pas rassurant pour tout le monde!!!

Mon corps est musclé, parce que je m'entretins vraiment et qu'être faible n'est pas une possibilité, ni même envisageable. Alors il ne fait aucun doute que sous ma peau légèrement bronzée est plus tatoué qu'elle en a l'air, se cache quantité de muscle. Quand je dis tatoué, c'est très simple; mon cou est noir avec juste une ligne de peau net qui passe sous mon menton et entre mes clavicules. Mon torse, mes épaules, mon dos, mon cul, parce que lui aussi y est passé et mes cuisses, ne forment qu'un seul et grand tatouage. Bien qu'il n'ait pas été fait en une fois, d'ailleurs mes deux avants bras sont tatoués de flammes bleus et rouges. Alors que le reste est noir.  

Plein de marques sur la peau et de trous dans les oreilles. Ba ouai, j'ai plusieurs piercing et pas juste un ou deux, j'en ai six à chaque oreilles et aussi sous la ceinture. Les fille adores et hurles de plaisir ! J'ai en trois, de piercings, pas de meufs, si vous voulez les voir, il faudra oser me le demander et en supporter les conséquences…
'' Sous la ceinture'':
 

Pour ce qui est des fringues, souvent je porte qu'un simple gilet à capuche rouge. Un jeans noir ou foncé avec ma ceinture préférée qui porte des plaques métalliques et des chaînes.  Bien que cela ne conviennent pas toujours avec le costume cravate que l'on me demande de porter. Enfin on me fait plus souvent la remarque et on me demande de faire un effort. Pour cette même raison, je mets de temps en temps des bandages sur mes mains, histoire de cacher les tatouages ou pour le confort de ne pas trop sentir la rudeure de mes armes.  Et puis au niveau des baskets c'est variable. Grosses bottines quand je suis tranquille, chaussures assorties au smoking ou même pieds nus. Ça arrive de temps en temps.

Mon attitude elle dit tout. Quand j'entre dans une pièce j'agis comme si elle était mienne. Je me serre comme chez moi et je m'installe où bon me semble. C'est simple je pends la place sans demander ou attendre la permission. Je suis envahissant et je n'ai aucune honte a faire des gestes dés-approprié ce qui me donne un air de connard. Ce n'est pas qu'un air, rassurez-vous. Je le suis et pas qu'un peu, mais c'est une autre histoire.





→Mentale←



Le mental ? Sérieux mec, tu vas me les briser à me demander comment je pense ! Et bien bonne merde mon cher !

Je réfléchis que très peu et quand je le fais c'est rare. Incroyable non, ça m'arrive quand même de fixer le ciel en me demande ce que je peux bien faire de ma journée ou pourquoi j'agis ainsi. Aussi con que cela puisse paraître et bien ça l'est ! Et oui, c’est ainsi, je n'y peux rien, les trucs de philosophes ce n'est pas dans mon rayon. Il faut pas m'en vouloir, il y a des gens comme ça.  Ba ouai, je me masturbe pas en me demandant le sens de la vie ou pourquoi je suis un connard foutu.

D'ailleurs je vois les choses de manières assez simple et en deux grandes familles ; Ceux qui pensent et ceux qui font. A défaut de penser, j'agis, je fais et que cela plaise ou pas, et bien c'est fait. Autant ne pas discuter sur ce qui est déjà irréparable, mais plutôt me dire ce que j'ai a faire. C'est d'autant plus simple pour moi et la vie simple a un goût bien unique qui me fait bander. Faut-il vraiment demander plus ? Chercher a comprendre d'où on vient et qui on est ? Je ne pense pas et c'est pas plus mal. Après tout, réfléchir c'est chiant, moi je ne me prends pas la tête. Car il y en a qui ne font que ça et qu'est-ce qu'ils sont cons et ennuyeux, non mais sérieux quoi !  Je suis pas hyper intelligent, mais j'ai ma manière de faire les choses alors cherchez pas plus loin je suis un vrai dégueulas quand je veux. C'est pas tant rependre le sang que je kiffs, c'est la manière de le faire. En douceur pour faire crier puis progressivement en y allant assez fort pour repeindre le plafond. Ba ouai, des tordus y en a et j'en suis, mais je ne le reconnaîtrai pas toujours ni à n'importe qui, comme quoi !

Bien que souvent je semble calme et quelqu'un d'un peu bien - ce qui n'est absolument pas vrai hein, soyons honnête - je peux aussi avoir un petit geste de… ha, vous avez sérieusement cru que j'allais dire de bonté ? Je ne fais jamais rien dans un intérêt qui n'est pas le mien. C'est égoïste, mais vous attendiez pas trop à autre chose aussi. Je suis un gros connard, je vous l'avez pas encore dit ? Voilà une bonne chose de faite, je vais pouvoir continuer à vous enc[sensur]... faire languir face à ma beauté ! Vous riez pas, sérieux ? On est pas sortit l'auberge alors !

Soit, hormis le fait que je me tape des cadavres, quoi je vous l'avez pas encore dit aussi ?! Et bien, je vais vous surprendre encore un peu dans ce cas !  Car non seulement je suis nécrophile, tueur en série et violeur, mais j'ai aussi des petites dérives. Car je préfère prendre mon pied avec le corps de mes victimes, femmes de préférences, quoi que… Tout dépend de l'individu, plus il était beau et plus j'aime ça. Entendre crier où quand le corps refroidit…

Soit, je suis le fumier de première ! Vous pouvez me haïr cela ne me ferra ni chaud ni froid, de toute façon je vois pas comment une femme pourrait m'aimer. Pour mon physique peut-être, mon attitude aussi, mais pour les roses et le chocolats ?! Impossible, de toute façon c'est pas demain que je tendrais un bouquet à une meuf. C'est pas que j'ai pas essayé, mais quand cette garce te trompe sous ton nez et te rie en pleine face, ba ça laisse pas un bon souvenir pour les relations à venir. Il faut dire, qu'avec mes troubles, je ne suis pas non plus facile à gérer ! D'autant que le sexe avec une femme consentante, ça prend toujours des airs de relation sérieuse et tout le bordel qui va avec. Une galère super emmerdante, que je peux gérer un temps, après ça me gonfle. Un jour ou deux à faire semblant et ça fini la tête dans la poubelle.

Soit, que dire de plus ? J'ai presque l'air gentil avec tout ça. Faut pas avoir pitié de moi quand même, car moi j'en ai aucune. Le passé c'est derrière, alors franchement mon vécu il est bien là où il est. C'est pas comme si je prenais mon pied a me venter. Je ne l'ai dis, je suis un mec qui agit. Penser et essayer de comprendre, c'est pas moi et ça le sera jamais ! Il n'en est pas question.

Par rapport aux autres, parce que oui les relations ''sociales'' c'est pas que chiant à mort. Bien que je sois plutôt solitaire, je n'hésiterais pas à me servir des autres pour avoir ce que je veux. Que ça leurs plaisent ou non, je m'en cogne ! C'est ainsi, ni plus ni moins. Alors ne venez pas me parler du bien et du mal, pour moi c'est une notion qui est trop ennuyeuse et inutile. Les remarques comme quoi je devrais me sentir mal ne me concerne pas non plus, car je me sens bien quand j'étripe quelqu'un, je devrais avoir des remords ? C'est franchement n'importe quoi comme vision des choses ! Parce que selon moi, ce qui est bien pour moi est bien pour moi. Il ne faut pas essayer de m'expliquer que je ne peux pas, si on me dit fait, je fais, mais je fais aussi sans avoir besoin qu'on me le dise. Ça plaît pas toujours, mais quelle importance !!!

Sinon à part ça j'aime le chocolat, ba ouai faut bien avoir un point fort dans le merdier, non ? J'aurai essayé de paraître plus ''humain'' aux yeux de la société au moins. Sinon, franchement j'adore le chocolat noir avec des petits morceaux de sel dedans. Le mélange est juste extra-ordinaire ! Et ne dites pas le contraire, cela risquerait de vous coûter la vie !

Allons bon, je peux aller dormir maintenant ? Comment ça j'ai encore d'autres trucs à raconter ?!




◄Histoire►


L'odeur n'est jamais descriptible. Elle est et il faut la supporter, car à aucun moment on peut réussir à la faire partir. C'est sans doute de là que tout à commencé, d'une odeur de mort… de charogne en décomposition. Une odeur à la fois sulfureuse, acide et tellement acre qu'il est impossible de l'oublier. Elle se glisse dans les poumons pour remonter au cerveau et y laisser cette marque indélébile, telle une profonde cicatrice. Elle est là, on le sait, on la voit, on en a conscience en permanence, mais jamais elle ne se ferme, jamais on peut l'oublier ou parvenir à l'effacer.

C'était sûrement pour ça que les voisins vinrent en courant. Ils crièrent, pleurèrent avant de partir. Sans un regard, sans un mot tellement la peur et le dégoût étaient fort. Je le voyais sur leur visage, je ne comprenais pas, je ne pouvais pas comprendre, j'avais sept ans. J'étais assis et mourant de faim. J'avais soif aussi, c'était comme si un désert avait pris place dans mon esprit, seul une goutte d'eau était mon salut.

Il y eut du bruit, beaucoup trop pour moi. J'avais sommeil, je me couchais entre mes parents en fermant les yeux. Je ne comprenais pas pourquoi, mais les voisins semblaient effrayés. Et comme ils avaient peur, ils firent venir des hommes en uniformes. Quelqu'un ressortit rapidement. J'entendis des jurons, une histoire de gerbe, mais j'étais déjà si loin du monde. Les bruits se firent moins fort, jusqu'à ce que quelqu'un me touche. Toute fatigue disparue, je hurlais en me débattant, je ne voulais pas être touché. Mes poings frappaient, mes pieds s'agitaient, mais j'étais si faible, pourtant je me tortillais en hurlant. J'avais peur, peur qu'on me touche, car père le faisait tout le temps et ça faisait mal. Il levait la main et frappait si fort que j'en eus des bleus. Mère, elle hurlait tout le temps, elle criait que c'était de ma faute et à chaque fois, cela finissait par un coup aussi.

Je parviens à me délivrer après avoir mordu, de toutes mes forces, un bras. Mes pieds nu au sol collaient sur le carrelage en damier noir et blanc. Je retournais me mettre en faisant des petits pas sautillant, entre mes parents. Ils ne bougeaient plus depuis longtemps déjà. La table à mangée était sur le coté plus loin dans la pièce, j'avais apporté des couvertures pour ne pas qu'ils aient froid, mais leurs peau continuaient de refroidir. Je voulue mettre de l'eau chaude pour les réchauffer, mais cela ne fit rien. J'avais même allumé le gaz à coté d'eux, mais rien non plus. Le premier jour j'avais gardé le silence. Le troisième je pleurais de faim… puis cela passa après un moment.

Les personnes autour de moi me regardaient avec ces yeux emplis de quelque chose, je ne comprenais pas, j'aurai du… mais rien. Ils étaient là et s'agitaient. L'un d'eux voulu s'approcher de moi, je pris le couteau qui était là et le mis devant moi pour me défendre. Ils se parlèrent, mais je commençais déjà à me sentir mal. Mes bras tremblaient alors que j'étais assis. J'avais du mal à respirer, comme si la fatigue était plus forte que tout. Et vient alors, le noir, long, profond et silencieux. Une absence de tout, qui fit grandir la solitude. J'étais seul, je le savais mais je ne voulais pas l'admettre.



Au réveil, le son des machines me firent sursauter. La lumière blanche, trop blanche, me fit mal aux yeux. Je n'avais plus soif, ni faim. Je me sentais bien, même si je ne comprenais pas comment c'était possible. 

La réponse était simple, j'avais plusieurs perfusions et cela m'avaient sauvé la vie, mais pour avoir quelle vie ? Enfant, seul et sans avenir, je ne m'attendais pas à être placé dans une famille d'accueil le jour même de ma sortie d’hôpital.

Une femme, grande et très blonde, avec tout pour être une bimbo aux faux airs gentils. Un homme, lui aussi blond, presque aussi faux qu'elle. Le fils aîné n'avait rien d'eux deux, pour la simple raison qu'il avait la peau noir, sans doute l'enfant d'un autre. Et le regarde du monsieur Papa hurlait clairement qu'il aimait pas ce gosse, pas plus que moi… Au moins j'avais les cheveux de la même couleur que les leurs, ce qui rendaient les choses plus plaisantes à leurs yeux.

La vie de famille ne dura pas plus d'un an, comme si le fait que je frappe un chat a mort était une chose horrible. L'animal m'avait griffé, j'avais le droit de lui rendre le coup. Je ne comprenais pas que je devais juste m'arrêter ou encore me contenter de pleurer comme un enfant «  normal ». C'était trop compliqué pour moi, je n'avais aucune envie de comprendre en quoi c'était mal, je l'avais juste fait.

Le lendemain je passais chez un psychologue et durant la séance qui n'avait aucun sens à mes yeux, mes bagages furent fait. J'étais jeté à la porte par cette famille aussi tordue que moi, mais pas de la même manière. Quand la femme en face de moi entendu mes paroles, elle devient blanche en me fixant étrangement, comme les hommes le jour où j'avais été arraché à mes parents. Je trouvais ça très injuste, et même si elle paraissait effrayée, elle me posa des questions. J'avais beau lui répondre, je ne comprenais vraiment pas pourquoi elle était si choquée.

  «  Paroles et parties choquantes. »:
 

-Levis… sais-tu pourquoi tu es ici?

- On m'a dit que c'était a cause du chat.

Je lui expliquais rapidement que le chat m'avait griffé et que je lui avais écrasé la tête contre une pierre. Cela la rendis verte avant qu'elle n'écrive en marmonnant. Que lui arrivait-il ? Je ne comprenais pas et progressivement un détail m’apparut. Si ils réagissaient ainsi fort face à certaine situation, j’attirais l'attention. Donc il me fallait faire en sorte de ne plus attirer l'attention pour ne pas avoir ces questions ennuyeuses.

C'était décidé, j'allais tout mettre en œuvre pour ne plus avoir a voir ce regard. J'allais devenir l'enfant parfait tout en cachant le moi que je suis vraiment.



Cela fonctionna.

Durant plus de six ans je peux faire croire n'importe quoi à n'importe qui. Il me suffisait de sourire de prendre un air joyeux et de dire ce qu'ils voulaient entendre et non ce que je pensais. C'était facile, ça l'a été jusqu'au jour où il me fut impossible de mentir ou d'inventer une autre vérité.

 « Paroles et parties choquantes. »:
 

Tout s'arrêta. Quelqu'un cira, j'entendis ensuite cette personne vomir. Des mots, des insultes et tout en tas de cris. Je me levais avant de sentir un choc, si violent et inattendu qui m'envoya au sol. Je tombais dans la flaque de sang, le regard flou et a moitié assommé par le coup avant de voir mon père adoptif jurer. Il attrapa une vieille couverture qui traînait là et la jeta sur moi. Il prit une autre avant de couvrir la fille.

-Dépêches toi, il faut que je te face quitter le pays ! Je refuse que tu ailles en prison ou en maison de correction, qui sait ce que tu subiras là bas !

Je trouvais ça incroyablement logique. Il me fit sortir, prit de l'argent pour me le donner avant de monter avec moi dans la voiture. J’eus à peine le temps de me changer et de nettoyer le sang sur moi avant qu'il ne me dépose à la gare la plus proche.

-Vas à l'aéroport, prend l'avion pour l'Afrique. Ne reviens jamais. Je… je t'aime fiston.

Incroyablement inutile, je hochait la tête sans répondre avant de faire ce qu'il m'avait dit.



L'aéroport ne fut pas un problème, piquer un passe-port à un jeune qui me ressemble un peu, ce n'était pas compliqué. J'avais même qu'à prétendre que j'avais teint mes cheveux et le tour était joué.

Arrivé dans un pays inconnu sans parler là langue, c'était autre chose. Et au début, je ne peux rien faire d'autre que de me retrouver à la rue. Voler, frapper et me faire frapper. Ce n'était pas facile tous les jours, mais c'était la vie.

Il fallut que je me face pincer pour vole à l’âge de seize ans. Étant un étranger, j'aurai peu me faire renvoyer chez moi, mais sans passe-port, je n'étais rien de plus qu'un jeune délinquant abandonné et dont tout le monde en avait rien à foutre.

Alors quand je fus pris la main dans le sac, j'avais le choix entre perdre mes cinq doigts et la paume jusqu'au poignet où de me retrouver dans ce qui ressemblait le plus à une prison. Le choix ne fut pas difficile. Loger, nourris et apprendre tout ce qu'il faut ! C'était le paradis pour survivre.

Sauf que ce n'était pas du tout ça. J'étais un agneau donné aux loups et j'allais vite devenir un loup à mon tour, car un meurtre contre dix, il n'y avait pas photo ! Et qu'est-ce qu'au début c'était dur. Le petit blondinet devait sortir les crocs en permanence si je ne voulais pas finir au mur avec un malabar dans mon dos. Être mignon n'avait rien de pratique et cacher mon vrai visage était inutile.

Pourtant en moins de trois ans je me retrouvais à faire la loi pour le  boss des lieux. Il fallait bien avouer que casser le nez et briser les couilles étaient facile, assumer de prendre la place de celui que je venais de battre moins. En même temps, j'étais un gringalet à coté des autres, mais en ayant prouvé ma force et mon coté sans pareille, j'avais monté dans la hiérarchie.

A dix huit ans, quand je peux sortir, je fis la seule chose qu'il me rester a faire ; Y retourner.

C'était très simple, je devais me faire prendre à commettre un crime pas trop grave pour garder ma tête, mais assez voyant pour avoir mon cul en cage. La solution fut toute trouvée, je volais d'abord une arme avant de braquer une banque dans le cartier des richards. Case prison illico et sans détour, j'allais en avoir pour six ans. C'était encore doux et gentil.

Je deviens le boss en cassant le crâne de celui qui jusque là m'avait protéger. Je lui prit tout, même sa drôle de bague qui montra quelque chose des plus surprenant ; une flamme rouge feu, presque sang. Plus personne n'avait le droit d'y toucher, ni même de faire mine de la regarder.

«  Paroles et actions choquantes,»:
 

Ensuite, je me fis faire des tatouages. Pas qu'un peu. Mon dos en était entièrement recouvert et même si au début c'était douloureux de se faire piquer avec de l'encre a base de cendre. Il ne me fallut pas beaucoup de temps pour finir par dormir alors que je laissais faire l’expert.



Quand sortir de la prison est pour se faire accueillir par un mec en costard cravate avec une caisse de luxe, vous ne pensez pas une seconde que c'est pour parler famille. Quoi que, c'était parlé famille, enfin entrer dans une famille. Je ne pouvais pas vraiment savoir que c'était la famille Taishaka qui contrôle l'Asie et une partie de la Russie du Sud. En fait, je m'en foutais complètement de leur territoire.

Mais savoir que mes six années passées plus deux autres avaient piqué la curiosité de quelqu'un de haut placé. Cela changeait tout. Pour moi, ce n'était rien de plus qu'un job à porté de main. Avoir du fric pour tuer, terroriser et violer, que demander de plus ?!

Je grimpais dans la caisse en fixant le mec face à moi qui ne broncha pas quand je m'allumais une cigarette. C'était un bon début. Il semblait même plutôt à l'aise, si bien qu'il sortit un pétard.

Le lendemain on était arrivé sur leur territoire et même si il faisait assez bon, je me sentais à l'étroit dans la limousine. Il fallait admettre, que je n'étais pas resté aussi longtemps dans un truc si petit. L'avion m'avait d'abord gavé et là j'avais juste envie d'ouvrir la porte pour aller me faire une pute. Était-ce si bon de rentrer au pays, la Mère Russie m'avait-elle autant manquée ? Je pensais surtout à la meuf aux yeux bleus que j'avais tué, rien que de revoir son regard effrayé et mourant me faisait bander !

Quand enfin la voiture s'arrêta, je peux poser le pied au sol. On m'invita a entrer pour aller prendre une douche un repas avant de voir le « босс »[ Boss]. Bref, je devais être beau pour un connard en hautes pompes. C'était gavant et vraiment chiant, mais je me gardais bien de le dire car j'avais envie d'avoir du fric et être libre de faire ce que je voulais.

- Travaille pour moi.

- D'accord.

Il paru surpris. Je haussais les épaules avant de sourire avec ce regard qui ne trahissait pas. Baiser et tuer étaient les deux seules choses qui m'intéressaient. Un homme simple, très simple. Il rit avant de me donner un grade. Les rumeurs sur moi avaient été plus rapide que de me faire venir. Il savait qui j'étais et ce dont j'étais capable. Que demander de plus ?

J'avais tout ce qu'il me fallait !






↓Boite et Combat↓


° ARME : Dagger Claws Knife Blades

° BOÎTE-ARME : Triple Crown, un fusil de chasse a portée moyenne avec trois cannons.

° BOÎTE-ANIMALE : Hyéne blanche à rayures noires. Cette bête ne vous laissera pas de froid!

° BOÎTE(S) DE STOCKAGE : ♦ 10m de corde de 2cm de diamètre.
♦ 30 cartouches de fusils






Codage by Lamire
Taishaka
¬Arashi no hogo-sha¬
Jackal
avatar
Féminin
Citation : Rien en vaut la couleur carmin du sang!

Fiche de Personnage
Flamme(s): Tempête[A]
Réserve de Flamme:
500000/500000  (500000/500000)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Aoû 2017 - 2:49
Bonjour jeune âme libre de ses actes, je te remercie d'être revenu, à nouveau, pour une autre fois, encore, sur le forum [Même si ça picote encore un peu que tu l'es caché... Chapeau pour ne pas avoir 'trigger' mon pouvoir psychique de détection]
*Ahem*
Dans tout les cas, sans plus attendre, tu obtiens donc la jolie note de Rang A.
Puis voici ce que nous en avons donc pensé :

Longueur du Mental : 3/4
Et de L'histoire: 3/4
Logique : 4.5/6
Original: 5/6

Physique construit + 0.5

Mental & Histoire : Rien à redire.

Originalité :
+ On a rarement vu des détraqués autant que ça. Pour le bien et pour le pire, ha ha.
+ Du coup, c'est vraiment génial d'avoir autant de sujets glauques dans une histoire, peu de gens osent s'y attaquer dans le monde du RP.

Logique :
-dans l'histoire, tu parles de rentrée au pays et que la Russie t'aurait manqué... Mais tu n'en fais jamais mention avant, ça fait un peu étrange.
-Aussi, tu dis qu'on t'invite à aller voir Gyo, en Russie... Mais il est au Japon d'habitude. Alors, est-ce qu'il c'est déplacé, expert pour ta personne?... J'en douterais vu son caractère, alors avait-il a faire si "loin"?
- Et j'ai aussi du mal à croire qu'on laisse des prisonniers en tuer d'autres sans rien faire des années durant. En plus qu'on les laisse se tatouer à l'intérieur de la prison.
# # #
Tu as le choix d'accepter ce rang, Yada yada, tu connais déjà la routine.
Ça facilite mon boulot.
# Za Fonda #
Quoi d'autre?
avatar
Masculin
Citation : «Ce qui c'est passé, c'est passé.»

Fiche de Personnage
Flamme(s): Aucune
Réserve de Flamme:
1/0  (1/0)
Réputation:
101/100  (101/100)
Voir le profil de l'utilisateur
Revenir en haut Aller en bas
Lun 7 Aoû 2017 - 8:32
Effectivement, quand tu dis que tu vas passer, tu passes vite!

Bon va pour cette notation, tu sais comme j'aime bien la faire simple parfois... [ironique]!
Taishaka
¬Arashi no hogo-sha¬
Jackal
avatar
Féminin
Citation : Rien en vaut la couleur carmin du sang!

Fiche de Personnage
Flamme(s): Tempête[A]
Réserve de Flamme:
500000/500000  (500000/500000)
Réputation:
10/0  (10/0)
Voir le profil de l'utilisateur

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯­
Prez♦️Tech♦️►[url=Rp?]Rp?[/url]◄♦️►[url=Engager?]Engager?[/url]
Song:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sauter vers :

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reborn RPG : A New Destiny :: # Le Commencement # :: Gestion des Personnages :: Fiches de Présentations :: Fiches Validées-
Votez !

_________

Recrutement Staff
Familles/Groupes
Statistiques
Missions
Flammes
Carte